Saint-Trophime, premier évêque d'Arles, aurait été un des sept missionnaires envoyé par Rome pour évangéliser la Gaule, sous le règne de l'empereur Dèce. Il serait arrivé à Arles en 46. En réalité, il serait le fondateur de l'église d'Arles au 3è siècle.
L'église actuelle a été construite dans la seconde moitié du 12è siècle. De nombreuses parties, dont le choeur, furent refaites du 15è au 17è siècle.
Le célèbre portail sera ajouté contre la façade Ouest dans la deuxième moitié du 12è siècle.
La nef est très haute : plus de 20 m. Elle est couverte d'un berceau brisé sur doubleaux retombant sur des piles cruciformes.
‹–
La nef ouvre sur les bas-côtés par de hautes arcades plein cintre. elle est éclairée par des fenêtres hautes.  –›
Les bas-côtés son très étroits et voûtés en demi-berceaux rythmés par des doubleaux en demi-ronds surmontés d'un mur diaphragme.
‹–
Extérieur
La croisée du transept est couverte d'une coupole sur trompes.
Croisillon du transept  –›
La tour à trois étages en retrait les uns des autres. Les deux premiers étages sont décorés de bandes lombardes.
La corniche à denticules et la frette de pierre sur le faîtage du toit.
‹–
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
Le portail, dont l'exceptionnelle richesse reflète le rayonnement politique et religieux de l'archevêché d'Arles durant le deuxième moitié du 12è siècle. Mais Saint-Trophime occupait une place de choix sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, église à reliques que les pélerins se devaient de vénérer.
‹–
Tympan : le Christ, assis dans une gloire, bénit les deux doigts levés et tient l'Evangile sur ses genoux. Il est entouré des symboles des quatre évangélistes.
L'aigle de Saint Jean –›
Le boeuf de Saint Luc
Le lion de Saint Marc
‹–   L'ange de Saint Mathieu

Pour poursuivre la visite  :  Arles 2

Pour revenir à  :  Provence romane

Pour revenir à la page d'accueil:     Art-Roman.net