Maguelone était une petite île jusqu'à ce que l'évêque Arnaud fasse construire, dans la première moitié du 11è siècle, un pont gigantesque pour l'époque, puisque long de presque 1 km. Ce pont reliait l'île au village de Villeneuve-lès-Maguelone.
A la fin du 6è siècle, Maguelone est le siège d'un évêché.
L'évêque Arnaud fit reconstruire la cathédrale. Sous l'épiscopat de Jean de Montlaur (1158-1186) est achevée la construction de la cathédrale.
La cathérale fut restaurée dans la deuxième moitié du 19è siècle alors qu'elle menaçait ruine.
‹– La façade ouest. A l'origine, elle était divisée verticalement en trois parties par deux contreforts qui supportaient trois arcs brisés (un seul a été refait) qui formaient machicoulis protégeant la porte et la fenêtre haute.
La tour dite de la chambre de l'évêque a été construite au 13è siècle contre la façade romane. une seconde tour s'élevait au sud-ouest de la façade.                                 –›
Si vous cliquez sur les photos qui ont une bordure bleu clair, vous pourrez les admirer en grand format
‹– A gauche du portail, un bas-relief en marbre blanc représente Saint Paul.
A droite, Saint Pierre. Ces deux reliefs ont été rapportés et appartenaient à l'origine à un grand tympan               –›
Les deux consoles qui supportent le linteau semblent de la mêma origine. Elles représentent également Saint Pierre et Saint Paul.
‹–                                           –›
Le linteau est également un remploi, daté de 1178. Il a été sculpté dans un ancien milliaire romain en marbre. –›
L'inscription du linteau

Texte de l'inscription :

+
AD PORTU(M) VITE : SITIENTES QUID(UE) VENITE / HAS INTRANDO FORES : COMPONIYE MORES : HINC INTRANS ORA : TUA SE(M)PER CRIMINA PLORA : QUICQ(UI)D PECCATUR : LACRIMAR(UM) FONTE LAVATUR.

A gauche :


+ B.(ERNARDUS) D. (E) III VIIS FECIT HOX + AN(N)O INC(ARNATIONIS) D(DOMINI) M.C.LXX.VIII. +

A ce havre de vie, venez, vous qui avez soif: En franchissant ces portes, amendez vos moeurs : Prie en entrant ici, et pleure sans fin tes péchés : Quelle que soit la faute, elle est lavée par une fontaine de larmes.
Bernard de Tréviers a fait cela, en l'an de l'Incarnation du Seigneur 1178.

Pour découvrir la suite :  Maguelone 2
Pour revenir à la page d'accueil :     Art-Roman.net